top of page

Alain, le célèbre philosophe français ouvre son livre Propos sur le bonheur par l’exemple que voici : "Bébé hurle soudain en se tortillant. Maman accourt et, pour le calmer, propose le biberon. En vain. L’enfant crie de plus belle. Inquiète et perplexe à la fois, la mère s’interroge : le lait serait-il trop chaud ? Pas assez, ou trop sucré ? Et de supposer mille raisons jusqu’à ce qu’enfin apparaisse la cause réelle du petit drame : une épingle mal placée, oubliée au fond de la culotte. Alors le remède est simple, rapide, efficace : il suffit d’ôter l’épingle." Et l’auteur de conclure : "Quand ça va mal cherchez l’épingle."


Un jeune homme cherchait la paix intérieure. D’une famille modeste, mais bel homme, il était bien sous tous rapports. Ayant perdu tragiquement son père, il devait assurer par son travail, la vie de toute la maisonnée. Or, vendeur dans un grand magasin, il avoua qu’il était obligé constamment de vanter une marchandise qu’il savait défectueuse. Ce mensonge l’éprouvait. Enfin, il prit une résolution qui le libéra. Il écrivit une lettre à son patron pour lui annoncer sa résolution de ne plus mentir aux clients et il ne tarda pas à éprouver ce sentiment de satisfaction intérieure, d’avoir obéi à sa conscience et à la volonté de Dieu. Bien sûr, il ne tarda pas à être congédié sans égards. Mais il trouva un emploi dans lequel il put enfin s’épanouir, à l’écart de tout mensonge. Il avait ôté l’épingle, cette épingle qui le perturbait, l’angoissait, le torturait au fond de son cœur. Aussitôt, il retrouva de l’équilibre et la joie.


Vous qui connaissez également ce sentiment d’angoisse, de culpabilité intérieure, n’avez-vous pas dans votre vie, une épingle à ôter ? C’est le péché qui nous fait souffrir, nous rend esclaves et malheureux. Jésus donne le remède : "Il faut que vous naissiez de nouveau." Oui, il vous faut renaître à une vie nouvelle, avec un cœur complètement transformé par l’amour et le pardon du Christ.


Paul Ettori, pasteur.

Kommentare


©
bottom of page